AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 < Effy ... > (finit)

Aller en bas 
AuteurMessage
Effy
~ Nouveau Lycéen ~
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 27
Localisation : quelque part ...

Fiche d'Identité
Chambre: .V Hell
Nationalité: Anglaise
Petit(e) Ami(e): Dans un autre monde peut être ...

MessageSujet: < Effy ... > (finit)   Lun 20 Avr - 18:17

(l'avatar arrive ^^')


#.I) Générale

Nom: Inconnu.
Prénom : Elizabeth, dit « Effy ».
Âge : va sur ses dix sept ans, mais semble déjà très adulte, aussi bien en apparence que mentalement.
Sexe: Féminin, si je ne m'abuse ...
Préférence sexuelle : Les hommes. Mais n’est pas non plus dérangée par les femmes.
Groupe désiré : Mystérieux, parce que le mystère sucite l'intérêt ...
Nationalité : Anglaise.
Votre Pouvoir : Il pourrait se définir comme une sorte d’invisibilité. Non pas qu’effy soit transparente, mais possède un certains talent pour passer inaperçu: si elle le désire, on ne peut ni la voir, ni l’entendre. Elle devient un simple courant d’air qu’il est impossible de suivre, qui ne laisse ni trace, ni odeur.

#.II) Physique

Description Vestimentaire (5 lignes) : Il a quelque chose d’assez spécial. Plutôt sombre, à l’image du mystère qu’elle représente. Elle ne sort jamais sans sa longue cape noire, qui lui tombe jusqu’aux chevilles, et qui lui permet de dissimuler son visage face à un inconnu. Ainsi vêtue, elle ne parait être qu’une ombre s’évaporant dans la nuit. Elle passe tel le vent, et disparait sans laisser de trace. Au dessous, elle aurait un style que l’on pourrait qualifier de gothique, ou de romantique, entre les deux peut être. Elle porte souvent de longue jupes et corsets de dentelle. Le rouge et le noir sont les couleurs dominantes de sa garde robe. Elle aime être sexy, séduisante, tout en gardant toujours ce côté sombre et distant, qui intrigue et intimide.

Description des signes particuliers (bijoux,accessoires,tatouages,Etc) (5 lignes): Elle porte toujours autour du cou un petit médaillon en argent, sur lequel est simplement gravé la lettre « E ». Elle n’a aucun piercing, si ce n’est les trois trous qu’elle s’est fait percé à chaque oreille, mais possède trois tatouages éparpillés un peu partout sur son corps. Le premier est un numéro à cinq chiffres sur l’intérieur de son poignet droit, et dont seul la jeune fille en connait la signification. Le deuxième un élégant dragon qui semble s’enrouler tout le long de sa colonne vertébrale, depuis sa magnifique chute de rein, jusqu’à ses épaules. Le dernier est un ravissant bouton de rose, qui se situe juste sur son haine gauche.

Description Physique (5 lignes) : Elle terrifie et fascine. Beauté ténébreuse et insondable, certes étrange quand on y pense. Personne ne sait qui elle est vraiment, et le mystère autour de ce personnage reste des plus complet, s’attachant elle-même à alimenter le fin brouillard autour de son âme, qui la dissimule aux yeux de tous. Charmante, c’est le second mot qui vient alors à l’esprit ; d’une beauté fatale et sans équivoque. Sa façon d’être pourrait faire penser à l’une de ces créatures, ho pourtant si belles, de la mythologie, mais terriblement dangereuses. Elle n’est qu’une adolescente. Du haut de ses seize ans, on lui en donnerait pourtant facilement, cinq de plus. Même de ce côté-là, son physique laisse à s’y méprendre. Elle est grande, surtout pour son âge, et son corps est d’une délicatesse infini, recouvert par le voile soyeux d’une peau immaculée et veloutée, qui la rend presque irréelle. Un mirage ? Peut être bien. C’est l’esquisse d’une future œuvre d’art. depuis ses fines épaules, aux courbes incroyablement provocantes de son corps, qui en font rougir plus d’un. Une paire de jambes qui n’en finit plus, fines et fuselées, terminées par des pieds ni trop grands, ni trop petits. Des mains d’une grâce inexplicable, de longs doigts aux ongles impeccables. Un visage frais, qui arbore une fausse image d’insouciance, et d’innocente jeunesse. Elle est la limite parfaite d’une beauté hypocrite et romantique. Sous son air angélique se cachent les traits d’un démon. Elle est à la fois douce et sans pitié, attachante et aussi froide que le marbre, provocante et irrésistiblement attirante. Elle est le doux mélange de la mesquinerie et de l’intérêt. C’est un tableau, une image au multiple facettes, et que l’on observe sans fin. Qui ne daignera changer de visage que lorsqu’elle l’estimera bon de le faire. Son regard aussi sombre que la nuit, pourtant indéchiffrable, vous pénètre jusqu’au tréfonds de votre âme. Ses cheveux sont rarement attachés, laissant libre cour à sa crinière brune aux reflets roux, d’imager ce côté sauvage aux allures félines qui sommeille en elle. Un nez fin, des pommettes saillantes, et des lèvres pulpeuses attirantes rien qu’au regard. Souvent peinte d’un rouge cramoisie, parfait contraste entre la nuit de ses yeux et la neige de sa peau. On la croit belle. La vérité, c’est qu’elle les rends tous esclaves.


#.III) Mentale

caractère ( 10 lignes avec autorisation de Light) : C’est une créature paradoxale et affreusement imprévisible. Elle est impénétrable, ne trahit aucune émotion. Son comportement reste froid et impassible, quelque soit la situation. Comme si elle ne ressentait pas les choses, n’avait pas de cœur, ce que certains pensent d’ailleurs, mais il n’en est rien. Elle est simplement une parfaite comédienne qui se cache avec talent derrière une façade. Elle ne parle pas. Ou peu. On la croient muette, car très peut on entendu le son de sa voix, pourtant douce et mélodieuse. Pas toujours facile à vivre, elle incarne en quelque sorte la tête de mule qui se borne dans ses idées, mais que personne n’empêchera de voler, pour accomplir ce qui doit être fait. Personne ne lui appartient, et elle n’appartient à personne. Elle est sauvage, impossible de l’apprivoiser, elle est libre, juste libre. L’amour ? Elle n’y croit pas. L’amitié ? Pourquoi s’attacher à des gens qui n’auront de cesse de vous freiner dans votre quête ? Solitaire et mystérieuse, elle se fiche pertinemment des médisances et des rumeurs qui courent sur elle. Au contraire, elle-même s’amusent à alimenter le mystère. Son esprit tout entier est fait de contradictions, à l’image de personnages qu’elle s’amuserait à jouer, tous, plus loufoques les uns que les autres. Tantôt elle aime s’amuser à jouer l’ange timide, la biche effarouchée, la vierge sainte que personne ne peut toucher. Une autre fois elle peut incarner la femme fatale en total possession de ses moyens, à la recherche d’une proie à mettre entre ses griffes. Et puis le soir, à une heure déjà bien avancée de la nuit, on la retrouvera dans un des quartiers les plus mal famés de la ville, à jouer la petite sauvageonne en quête d’expériences nouvelles, avide de découvrir d’autre façon de se sentir libre, de se procurer du plaisir, ou de planer à dix milles. Mais contrairement aux apparences, elle n’est pas une fille facile. Même si elle enchaine les histoires d’une nuit, et les simples plans physiques, pour contrer la monotonie. Nombreux sont les candidats, mais elle les choisis, et avec soins. C’est elle qui mène le jeu, qui mène la danse, du début à la fin. C’est une personne intelligente et rusée, qui se laisse rarement marcher sur les pieds. Un peu folle quelque fois, c’est certains. Sans être charismatique, elle est l’objet tant convoitée dont on voudrait percer les multiples secrets. Une femme de l’ombre, simplement. Une créature charmeuse, et prête à tout pour parvenir à ses fins. La vie est comme un plateau géant de jeux, où les humains incarneraient des pions à déplacer. Elle n’a peur de rien, et peut même devenir un adversaire singulièrement difficile à battre, si les circonstances l’agacent un peut trop à son goût. Elle aime la perfection, aussi bien en apparence, que dans son travail. Elle est une personne cultivée, souriante et chaleureuse au premier abord, si l’on ne manifeste pas de réticence à son égard. Rebelle, elle aime sortir en douce la nuit, pour aller là où il ne faut pas. Juste pour le plaisir de défier les lois et les mœurs bien ancrés dans l’esprit des gens. Jouer à la provocatrice quand on ne s’y attend pas, et à la fille parfaite là où on s’attend au pire. Bref, une personnalité complexe, mais une amie utile, qu’il vaut mieux compter parmi ses connaissances que ses ennemis.

Votre Devise : Savoir être prete à tout pour obtenir quelque chose ...


Dernière édition par Effy le Lun 20 Avr - 21:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy
~ Nouveau Lycéen ~
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 27
Localisation : quelque part ...

Fiche d'Identité
Chambre: .V Hell
Nationalité: Anglaise
Petit(e) Ami(e): Dans un autre monde peut être ...

MessageSujet: Re: < Effy ... > (finit)   Lun 20 Avr - 18:57

#.IV) Histoire

Votre Histoire (15 lignes) : « Avec une lente douceur ; Je te perds encore une fois ; Mais je sais la chaleur ; Qui envahit tes doigts ; A cet instant je pleure ; Et je ne sais pas pourquoi ; Je continue d’avoir peur ; De m’en aller loin de toi ; Ma douce, mon âme sœur ; Tu m’éloignes encore de toi ; Et tu sais la froideur ; Qui envahit mes doigts ; Tu te fous que je pleure ; Tu as quelqu’un près de toi ; Tu te fous que je me meurs ; Quand tu glisses sous ses doigts ; Tu vois, tu me désespères … »

« Arrête Effy. »

L’interpellée releva la tête, chassant à ses pieds les draps d’un lit, salit par les galipettes d’un soir. Un petit sourire déforma ses lèvres. Bien qu’il fasse noir dans la pièce elle devina sur le visage de l’homme assis à côté d’elle, ce petit air qu’il avait si souvent, à la fois mélange de lassitude et d’exaspération. Elle ne sembla même pas prêter attention à sa remarque, et se redressa pour se coller contre son dos. Sa main baladeuse se mis à courir le long de son torse, nu, tandis que ses lèvres vinrent mordiller son oreille. Elle se mis à glousser. L’homme soupira, fatigué de ce petit jeu, se leva, et se planta à la fenêtre. Dehors, la lumière d’un lampadaire filtrait à travers les volets, restés légèrement entrouverts. La pièce était en fait une chambre, minuscule, qui lui servait de temps à autres, pour les « affaires ». La jeune fille ne put s’empêcher de le regarder, attendrit. Elle le trouvait tout à fait adorable, avec son air perpétuellement agacé. Elle attrapa une vieille boite en fer, posé en équilibre sur le rebord de la petite table de chevet, à côté d’elle, et l’ouvrit. Elle attrapa une feuille, une pincé de l’herbe qu’elle contenait, et se roula un joint. Un rire léger s’échappa de sa gorge, lorsqu’elle en tira la première bouffée.

« Tu devrais pas. »
« Quoi ? »


Elle le fixa dans les yeux, avec un air provocateur. Il se passa la main dans ses cheveux noirs et épais, coiffés en bataille, et leva les yeux au ciel.

« Tu es vraiment un cas à part. je n’ai jamais vus quelqu’un fumer autant sans y laisser sa raison. »

Elle se mis à rire, et lui tendit le joint. Il rit aussi, le pris, et tira dessus. Ensuite, il repris sa place, prés d’elle, dans le lit et l’embrassa, avant de lui faire l’amour.

* * *

Huit heure du matin. Une tête pas tout à fait encore éveillée émerge à peine de sous les couvertures. Une crinière rousse en bataille, un visage encore marqué par la soirée tardive de la veille. À côté d’elle, le lit est vide. Son occupant est déjà partit. Alors elle regarde le réveil, et se met à hurler. Comme une tempête, elle se met à déambuler dans la pièce, attrapant au passage ses quelques affaires qui trainent. N’ayant rien pour se changer, elle est contrainte de remettre sa tenue du soir, ultra légère et provocante. Sans prendre le temps de se coiffer, ni même d’enlever le noir autour de ses yeux, qui lui donne l’apparence d’une lionne, mélangée d’une folle, elle quitte l’appartement en trombe, et se précipite dans la rue, laissant derrière elle les bouteilles d’alcool vides, et les cendres froides, de ce qu’ils ont fumés. Elle est en retard, et elle doit se dépécher. Le quartier ne semble pas des plus neuf. Au pied d’un immeuble, un clochard qui fait la manche. De l’autre côté, deux hommes, complètement saoul. Elle passe calmement, en évitant de leur jeter des regards. Elle sait qu’ils ne lui feront rien. Ça fait un petit moment déjà, qu’elle vient dans le coin. Ils finissent par la connaitre, à force.

Trente minutes plus tard, elle arrive à bon port, et ralentit sa course. Ici, les maisons sont toutes parfaitement identiques et alignées, avec petit jardin et portillon d’entrée. Devant certaine, une voiture y est stationnée, tandis que dans d’autre, un vieux monsieur taille un rosier, ou une haie. On pourrait l’appeler le quartier de « la parfaite petite vie de famille tranquille ». Elle s’avance vers l’une de ces maisons, et regarde à la fenêtre du premier étage. Un garçon, à peine plus âgé qu’elle, lui fait signe qu’elle ne craint rien. Elle hoche la tête, et pousse la porte. Ses pieds escaladent les marches quatre à quatre, et elle rejoint la dernière pièce au fond du couloir pour s’y enfermer: sa chambre. Elle soupire. C’est passé juste, cette fois. Elle a eu de la chance.


* * *

Glissé entre ses doigts fins, un petit médaillon en argent, pas plus gros que son pouce. D’un côté, une date, de naissance sans doute. Probablement la sienne. De l’autre, simplement une lettre, un « E » gravé dans le métal du bijoux. Il était l’unique chose qui permettait de savoir d’où elle venait, ou même de savoir, qui elle était, quand ses parents adoptifs la trouvèrent, un soir, prés du canal. Elle dormait paisiblement, dans son petit panier, enveloppée bien au chaud dans ses draps. Après les procédures officielles d’adoption, ils choisirent de la nommer Elizabeth. À cause du « E », toujours. Elle ne se fit jamais à ce prénom, d’où « Effy ». Son nom ? Elle ne le connut pas. Elle pris donc celui de sa fausse famille, Stonem. Effy Stonem.

Difficile de raconter tous ce qui put se passer ces seizes dernières années. Au début elle grandit comme la plupart des petites filles, insouciante. Son frère, Tony, et véritable fils de ses parents, était un peu comme son meilleur ami, celui avec qui elle se sentait le mieux. Ce n’est qu’à l’âge de huit ans qu’elle appris la vérité sur son histoire. Tout le monde s’attendaient à des larmes de sa part. Il n’en fut rien. Bizarrement, elle s’y était attendu. Peut être parce qu’elle ne s’était jamais vraiment sentit à sa place, au milieu de cette famille de bourgeois, où les biens matériels étaient plus importants que l’affection et l’amour.

On la plaça dans un des collèges les plus prestigieux du pays. Le genre d’établissement privé où l’uniforme est de mise, et les bonnes manières indispensables. Alors elle se mis à changer. A sortir en douce la nuit, à courir dans les rues, à fréquenter les boites de nuit, pas toujours très réputées. Sa façon à elle de marquer sa liberté et sa rébellion face à une famille qu’elle ne considérait pas comme sienne. Elle se mis à faire tout et n’importe quoi, à boire, à fumer, à coucher avec le premier venue. Toujours avec beaucoup de discrétion, sans que ses parents s’en rendent compte. Il lui suffisait de jouer son rôle de parfait modèle le jour, pour pouvoir devenir le démon de la nuit. Ce petit jeu l’amusait. Elle roulait tout le monde, et se sentait libre. Elle n’appartenait à personne.


* * *

On frappe à la porte

« Entre Tony. »

Elle relève la tête. Ce n’est pas lui. Son regard devient aussitôt impénétrable, froid et dure comme la glace que l’on voudrait briser. En vain. Elle fait mine d’être occupée, un livre de cours à la main, et les sourcils légèrement froncés, signe d’une importante concentration. Elle n’a pas envie de voir son père. Encore moins de lui parler. Pourtant, il semble bien décidé à ne pas bouger de là.

« J’ai à te parler. Sérieusement … »

Sa voix est calme, posé. Elle n’annonce rien de bon. Elle sait qu’il se doute de quelque chose, mais ne laisse rien paraitre. Bien sur, elle a vu juste. Bien qu’elle ignore comment il a appris l’existence de ses fugues, elle va en payer les conséquences. Privée de sortie, et pour longtemps. Ça la fait rire. Comme si depuis le début, elle avait attendu son autorisation pour partir.

« Je sort ce soir, je fais fumer quelques joints avec des potes. Et puis baiser deux trois fois peut être, mais ne t’inquiètes pas, je ne rentrerai pas tard! »

Elle se retient devant lui, et fait mine de pleurer. Mais une fois qu’il est partit, elle se met à rire. Non elle n’est pas folle, même si on a bien envie de le croire. Juste manipulatrice. Et bonne comédienne. Un peut plus tard, vers la fin de la journée, elle regarde sa montre : 18h00. Son travail terminé, elle décide d’aller faire un tour au grenier, une habitude qui lui est apparut depuis quelques semaines, déjà. Elle n’en a rien dit à personne, pas même à Tony. Pourtant, ce jour là, il y a seize ans, il n’y avait pas que le médaillon à ses côtés.

* * *

Extrait du journal d’Elianor, 15 octobre 1993

Je les ai encore aperçus en bas de chez moi. Ils me suivent, me traquent, je le sais. Ils attendant le bon moment pour frapper. Mais ils ont un point faible, c’est qu’ils se croient invincibles. J’ai une longueur d’avance sur eux. Demain je pars pour Sun Like, je vais rejoindre les autres. […] Ce que je m’apprête à faire est peut être criminel, voir inhumain, mais je n’ai pas le choix. Ma fille doit rester ici. Elle y sera en sécurité. Avec moi, elle court beaucoup trop de danger. Rien qu’à l’idée de l’abandonner, mon cœur se fend, mais je n’ai pas le choix. Pas le choix. Ils arrivent, je dois partir…

Les pages suivantes sont blanches.


* * *

Nuit de pleine lune. L’hivers. Il fait froid. Les rues sont recouvertes de la neige fraichement tombée. Les rayons lumineux de l’astre de la nuit la font scintiller. C’est à la fois joli et irréel. Une ombre s’avance avec beaucoup de discrétion dans la rue. Avec elle, aucun bagage. Juste un petit sac en toile, qui contient le stricte nécessaire. Un sourit dévoile ses dents blanches et parfaitement alignées. ses cheveux volent autour d’elle. Elle tourne la tête vers l’horizon, et le contemple. Au petit matin, il sera déjà trop tard pour remarquer sa disparition. Elle sera loin.

Elle longe la plage un moment, jusqu’à arriver au port. Désormais, elle n’est plus Elizabeth Stonem, comme on la connait. À partir de là, elle redevient Effy, juste Effy. Un sourire angélique se dessine sur une bouille adorable lorsqu’elle s’approche d’un guichet. Il a beau être tard, il y a encore de la lumière. Un bateau de commerce s’apprête à prendre le large. Mais elle sait comment s’y prendre. Rien ne lui résiste.


« Je voudrais aller à Sun Like. S’il vous plait … »


Dernière édition par Effy le Lun 20 Avr - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristal Jonhson
~ Lycéen de Natea ~
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 09/04/2009

Fiche d'Identité
Chambre: #.IV Dust
Nationalité: Italienne
Petit(e) Ami(e): aucun

MessageSujet: Re: < Effy ... > (finit)   Lun 20 Avr - 19:01

Bienvenue!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devil
~ Lycéen de Natea ~
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 02/04/2009

Fiche d'Identité
Chambre: #.V Hell
Nationalité: Américaine
Petit(e) Ami(e): Aucune

MessageSujet: Re: < Effy ... > (finit)   Lun 20 Avr - 19:12

Je te valide et je souhaite la bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lys Iwaaru
~ Lycéen de Natea ~
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 03/04/2009
Age : 25
Localisation : Sur un toit des plus hauts immeubles de Sun Lake...

Fiche d'Identité
Chambre: #.II Aqua
Nationalité: Japonaise
Petit(e) Ami(e): l|lCoeur Destiné à Une Solitude Glacialel|l

MessageSujet: Re: < Effy ... > (finit)   Lun 20 Avr - 19:14

  • Welcoome...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleachrevolutiontalk.forumactif.org
Effy
~ Nouveau Lycéen ~
avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 20/04/2009
Age : 27
Localisation : quelque part ...

Fiche d'Identité
Chambre: .V Hell
Nationalité: Anglaise
Petit(e) Ami(e): Dans un autre monde peut être ...

MessageSujet: Re: < Effy ... > (finit)   Lun 20 Avr - 19:15

Merci beaucoup pour la validation et l'accueil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: < Effy ... > (finit)   

Revenir en haut Aller en bas
 
< Effy ... > (finit)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Daemon , le petit démon :D [non finit]
» Effy(Serp)
» Présentation de Effy Stonem
» On finit par s'habituer à tout ☆ Terminé
» Présentation de Elizabeth Peverell, dites Effy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ~Le Secretariat~ :: ~ Votre Présentation ~ :: Registre Classé-
Sauter vers: